« La Suite de Diane, votre Chambre d’Hôtes avec SPA JACUZZI privatif vous accueille à Nîmes dans un espace exceptionnel »… ou… « Comment trouver un SPA JACUZZI au cœur d’un futur patrimoine de l’Unesco ? ».

Ils sont venus à Nîmes pour fêter leur anniversaire de rencontre…

On leur a dit que la ville était romantique et que la Suite de Diane, cette Chambre d’Hôtes avec SPA JACUZZI privatif leur offrirait un weekend d’exception.

Ils sont arrivés par le train. Une ambiance particulière les enveloppe dès qu’ils sortent de la gare. Ils ne savent pas encore dire pourquoi. Peut-être alors grâce aux jets d’eau qui percent le ciel de leur mauve éclatant et rejoignent en crépitant le bassin de marbre. Ils apprécient quelques instants la construction de la gare, ce paysage urbain au fond d’arches éclairées qui leur rappelle un peu le Pont du Gard puis ils empruntent l’avenue Feuchères par ses allées piétonnes aux rivières qui courent, illuminées à leur tour par des feux changeants.

Il ralentit son allure pour s’accorder à la sienne. Elle tarde toujours un peu en contemplation, ce qui lui permet de s’imprégner des belles choses.

Au bout de ce tapis minéral, s’élève la Fontaine Pradier au centre de l’Esplanade. Leur parcours est initié par la douceur de l’éclairage, leur chemin est naturellement suggéré.

Ils aperçoivent déjà les Arènes sur leur gauche. La grandeur du Palais de Justice, à l’architecture antique, ne peut rivaliser avec la notoriété de cette construction romaine. Ils savent d’ailleurs qu’une carrière romaine se pose à proximité de leur Chambre d’Hôtes. Ils parcourent quelques mètres encore et sont saisis, sur le parvis des Arènes, par la splendeur de l’édifice : Ces blocs de pierre savamment choisis par les bâtisseurs romains, de près de trois mètres cube parfois, qui composent les piliers, les arches, les gradins. Ces empreintes du temps se reflètent dans la mer de glace du Musée de la Romanité. Ils ferment les yeux et entendent respirer l’amphithéâtre des mille souffles des constructeurs du 1er siècle de notre ère. La ville entière vibre encore de leurs exploits.

Ils contournent les Arènes et aperçoivent la grande horloge du Lycée Daudet datant de 1881. Sa rotonde d’angle offre en rappel, sur une colonne perchée, une sculpture de la Maison Carrée lovée dans les Arènes.

Ils montent le boulevard Victor Hugo et s’arrêtent encore quand, sur leur droite, se déploie l’imposante Maison Carrée sur son socle sculpté. Elle est le temple romain le mieux conservé au monde. Il leur est impensable de ne pas s’asseoir sur les marches du Carré d’Art, construction contemporaine, qui lui fait face et apprécier son architecture. Ils prendront plus de temps demain, lorsque le soleil viendra caresser les blocs de pierres de ses rayons de lumière.

Ils parviennent jusqu’au square Antonin qui s’ouvre sur leur droite, la place d’Assas, sur leur chemin, fera l’objet d’une future exploration.

Ils bifurquent sur la gauche pour suivre sur quelques centaines de mètres les quais rafraichissants de la Fontaine.

L’eau court et disparaît ici dans les entrailles de la ville. Les canaux paisibles maintenant les guident vers la Suite de Diane.

Demain, ils visiteront les Jardins de la Fontaine, réalisés en 1745 sur les vestiges romains (thermes, sanctuaires, temples, théâtres…).

Ils s’arrêtent devant le portail principal pour admirer sa rénovation, se pose sur le muret du petit pont à deux arches qui enjambe le canal. L’horizon s’ouvre sur les bassins illuminés du boulevard Jean Jaurès.

Ils sont déjà parvenus à leur destination car à quelques mètres seulement, derrière le Temple de Diane, ils seront accueillis à la Chambre d’Hôtes qui porte son nom pour apprécier son confort et sa douceur.

Les yeux plein de rêves, ils pourront se détendre dans un SPA aux vertus thérapeutiques.

Quelques minutes seulement se sont écoulées depuis la gare et les voilà transportés dans une ambiance magique, à la hauteur de la splendide ville de Nîmes.

Comments are closed.